Thursday, March 5, 2009

La Minute marketing: Le marketing ne recule devant rien...



Le marketing n'a peur de rien. Ou plutot il s'adapte. La crise est la? Et bien qu'a cela ne tienne, autant en profiter!

Le consommateur ne peut plus rien acheter? Qu'on lui vende du vent!

Je vous en mets pour quelques euros ou beaucoup plus?

Fabio

“Redundancy” marketing

Encore un nouveau concept anglo-saxon ; traduction littérale : le marketing du licenciement ou comment s’adresser à ceux qui craignent le chômage et hésitent à s’engager dans des dépenses importantes. En Grande-Bretagne et aux États-Unis, les sociétés proposent ainsi des « solutions » à ces consommateurs inquiets : Vauxhall propose un crédit automobile gratuit et des remises en cash chez leurs concessionnaires ; aux États-Unis, Hyundai a lancé un programme d’assurance qui permet à l’acheteur de rendre sa voiture dans un délai d’un an s’il n’arrive pas à payer ses traites (ses ventes ont progressé de 14% au mois de janvier). L’opérateur de téléphonie Talk Talk offre six mois de forfait téléphonique et Internet en cas de difficultés. Barclay’s réduit le taux de découvert de ses clients en difficultés et s’engage à ne pas les relancer pendant deux mois.Autre stratégie qui fait son retour, les marques américaines de produits de grande consommation modifient leurs stratégies promotionnelles selon qu’il s’agit du début du mois (date de réception des paies), ou de la fin du mois. Dans le premier cas ce sont les lots qui seront privilégiés, dans le second, les produits girafe.D’autres sociétés sont plus rudes : ainsi, aux États-Unis, American Express invite certains de ses clients à fermer leurs comptes en leur offrant une carte prépayés de 300 dollars (rappelons qu’aux États-Unis, la plupart des cartes ont une fonction revolving).
(Contribution exterieure - Source : Marketing Week (12/02/2009),
The Wall Street Journal (23/02/2009), The Wall Street Journal (25/02/2009)

No comments:

Post a Comment